Tag?

On m’a encore piégée! C’est odieux! Cette fois, j’ai été fauchée par J.R. qui a été ensorcelée par Nola que j’avais taguée. Parlez d’un retour de balancier? Alors quoi faire? Bein, jouer.
2.0
1 – Le truc qui vous pousse le plus à la procrastination ?
Une certaine chatbox, sur un forum certain.

 

2- Le personnage que vous adorez détester ?
Cunningham, dans Rob Roy (1995). C’est un antagoniste pour qui on développe de l’empathie. On comprend son amertume, sa dérision, on saisit pourquoi il fait les choix qu’il fait. En plus, il est brillant. On ne l’aime pas parce que pour se sortir de la merde, il salope la vie du protagoniste

 

3- le lait, c’est avant ou après avoir mis les céréales dans le bol ?
Le lait, c’est pour mon bébé, et il en prend du frais directe de mon moi-même. Les céréales, ça se prend avec du yogourt.

 

4 – Si vous aviez le choix entre : être suivi toute sa vie par 5 canards, même aux WC, ou bien, avoir des bras de deux mètres, ce serait ?
J’ai déjà un canardelait qui me suit partout même au toilette, alors cinq. Avoir des longs bras, ça serait pratique pour déplacer des objets. Moins pour écrire à l’ordi, faudrait adapter mon bureau parce qu’avec ma myopie, je peux pas trop m’éloigner de l’écran.

 

5- Comment réagirait votre personnage principal s’il découvrait qu’il n’était que le héro d’un livre ?
Beaucoup de ressentiments envers moi. Toutes ces épreuves pour du divertissement? Il se sentirait sale, je crois.
6- Un super pouvoir préféré ?
Science infuse. Poser une livre sur la tête et absorber son contenu en 3 secondes comme si je l’avais lu et analysé avec attention.
7- Le livre de votre vie, c’est ?
Il était une fois une fille qui a changé d’idée plusieurs fois au cours de sa vie.

 

8- Pour quoi seriez vous prêt à abandonner l’écriture ?
Pour mon garçon. Et si j’en venais là c’est parce qu’il serait en situation  où il aurait besoin de toute ma personne. Dans les deux cas, je ne veux pas me rendre jusque là.

 

9- Le personnage avec qui vous vous verriez bien vivre en colocation ?
Loec Fesbré. Il est discret, ne prend pas toute la place. En plus, il bricole et retapperait constamment ma maison. Pas que j’en sois incapable, mais mon temps passe franchement ailleurs.

 

10 – Vous devez choisir des acteurs pour jouer dans l’adaptation de votre livre en film. Ce serait ?
La seule qui persiste dans mes fantasmes de gloire à la Rowling, c’est de voir Michelle Rodriguez jouer Vièle. Mais j’aurai fini les Dissidents lorsqu’elle sera trop vieille pour le rôle. Sauf que le rôle, elle l’aurait 100% dans la peau. *Soupir* Y’a aussi mon cher Roy Dupuis qui a trop la gueule de l’emploi pour jouer Miliac. Lui aussi sera trop vieux pour le rôle quand je serai riche et célèbre. 😦

 

11- Ça vous a bien emmerdé de répondre à ces questions, hein ? Si, si… Avouez-le !
J’ai même pas besoin de m’en cacher!
Et maintenant?
Des questions de mon cru.
1. Bière ou vin ou rien?
2. Jeunesse flamboyante et courte ou longue vie tranquille mais enrichissante?
3. Un proverbe improvisé de ton cru?
4. Un petit talent caché?
5. Quel autre genre de blog suis-tu?
6. Un voyage au nord ou au sud?
7. Un lieu typiquement exotique que tu n’aimerais pas voir?
8. Un pouvoir magique préféré?
9. À quelle autre époque oserais-tu vivre?
10. Beurre salé ou non?
11. À bannir, le sucre ou le gras?
 

 

Et là?
J’envoie les questions à l’univers! Honnêtement, à moins de faire tourner tout ça en rond dans ma petite clique, ça risque de stagner. Alors si vous voulez participer, faites moi signe en commentaire qu’on fasse connaissance!

Publié par

Marie d'Anjou

Quelques études multidisciplinaires plus tard et quelques déplacements de lieu de résidence, je revisite le panorama et les parfums de mes enfances pour imaginer l'univers des Dissidents. Inspirée de la Côte-Nord (Qc) où j'ai grandi, la région de la Narse tente de véhiculer la même rudesse sauvage et la beauté nordique. Les Appalaches dessinent Cordalme et les Rocheuses canadiennes (sans pourtant les avoir vues), Sanglefroy. Après plusieurs projets avortés au fil des ans, c'est avec les Dissidents que mon écriture plus mûre trouve enfin l'histoire qui persiste sous ma plume et qui s'entête à vivre. Un travail de longue haleine qui demande autant d'inspiration que de bottages de fesses. C'est avec cette histoire que le métier rentre enfin, loin du romantique « poète la tête dans les nues », mais bien celui de l'écrivain devant l'écran à pondre des phrases nulles qui, un jour retravaillées, sauront plaire. Espère-t-on. ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s