Portait sur portée, opus 1

Je n’ai jamais été capable d’écrire en écoutant de la musique. Ça ne m’empêche aucunement d’avoir un répertoire riche pour représenter l’univers, les personnages ou les situations que j’écris. Je fais jouer cette musique en d’autres circonstances, lorsque je songe à mes scènes, à ce qu’elles seront. Si la découverte musicale vous intéresse, je vous offre un voyage sonore au monde de Narbrocque, premier billet de ce nom.

Continuer la lecture de Portait sur portée, opus 1

Sociofinancement gratos

Jour d’inauguration! J’ouvre une nouvelle page sur mon site, celle du sociofinancement! Après mure réflexion et magasinage, j’ai décidé de faire le bond et de tenter quérir un peu plus d’autonomie. Je désire consacrer davantage de temps à l’écriture de mon blog, de mes projets et mes réseaux sociaux.

Continuer la lecture de Sociofinancement gratos

Inclusion épicène non sexiste

 

Mars, mois de la francophonie

Il était une fois l’idée d’une écriture inclusive. Sauf que… elle était déjà là avant qu’elle soit là. Vous m’suivez? Il y a eu une prise de conscience en France dernièrement lorsque celle-ci lançait officiellement sa méthode inclusive et comme n’importe quoi lorsqu’il s’agit de langue et de son code, les discours se sont enflammés.

Continuer la lecture de Inclusion épicène non sexiste

Quand les noix se réveillent

 

Mars, mois de la francophonie
8 mars, jour international des droits de la femme

Journée parfaite à double thème.

J’ai choisi d’utiliser auteure avec un e bien muet. Parce que j’en ai le choix, parce que j’en ai le droit, parce que j’en ai la possibilité. Qu’on aime, qu’on aime pas, qu’on préfère autrice ou auteur, qu’on trouve laid ou insipide ou rien pantoute1, qu’on… en vrai, on s’en fout. Le 8 mars, jour des droits de la femme et mois de la francophonie, que valent nos décisions linguistiques?

Continuer la lecture de Quand les noix se réveillent

La Rectification, ça gêne tout le monde

 

Mars, mois de la francophonie

J’utilise l’orthographe rectifiée. Certains pleurent, certains ne voient rien aller. J’en fais usage en pleine connaissance de cause pour l’avoir étudié et mise en perspective avant de la choisir. Je ne ferai pas de plaidoyer en sa faveur. Je ne cherche pas le faux débat. Il y a quelque chose de sous-jacent à la polémique de cette orthographe qui me pousse à en parler dans mon blog. Les gens n’aiment pas être rectifiés.

Continuer la lecture de La Rectification, ça gêne tout le monde

Un seul adversaire, soi-même

Il n’y a pas de conflits sans adversaires et pas d’histoire sans conflits. J’ai déjà abordé les ennemis classiques de mon roman Les Dissidents de Narbrocque, dont le premier volet est ici I. Chercher des Noises et le deuxième ici II. Des Bassates et des hommes. Voici le troisième et dernier article sur les antagonistes et assurément le plus intéressant. Il s’agit de l’antagoniste interne au protagoniste, celui qu’il porte en lui.

Continuer la lecture de Un seul adversaire, soi-même

Armes, symboles et vieilleries

Lorsqu’on travaille sur un long projet, il n’est pas rare de devoir prendre des pauses de l’écriture tout en y restant connectée par tous les moyens possibles. Certains font des illustrations, des drabbles, des nouvelles « hors-série » ou de la musique d’ambiance inspirée de leur univers. J’ai fait ces choses et bien d’autres, et ce qui est encore plus grave, c’est que la recherche nous pousse à fantasmer d’autres détails pas tant utiles en vrai, mais oh tellement amusant. J’ai fini par faire les armoiries de mon pays favori : Narbrocque.

Continuer la lecture de Armes, symboles et vieilleries