création univers langue

Construire un univers I. Création de langue 104

104. Les axes I. analytique vs. synthétique

Dans cet opus sur la création de langue, nous allons toucher au système du langage. Pour bien commencer, il vous faut avoir établi vos phonèmes et plusieurs morphèmes de base, quelques-uns spécifiques à votre univers. Vous pouvez télécharger un cahier pratique en vous abonnant à mon infolettre ici. Nous allons explorer l’univers des langues analytiques et synthétiques, alors attention, c’est chargé!

Analyse de synthèse

Comme déjà introduits, les systèmes langagiers jouent sur l’axe analytique/synthétique, qui en sont les formes extrêmes. Dans le cas synthétique, l’agencement des morphèmes sert dans la formation de mots qui porteront plusieurs sens. C’est une synthèse de concepts dans un seul énoncé. Le latin est une langue synthétique des plus connues, mais le russe, le navajo, le mohawk, le grec et l’allemand aussi. Concrètement, un mot contient le radical, le genre, le nombre, mais aussi le cas grammatical, la conjugaison, la personne, d’autres morphèmes affixaux, etc.

Typiquement, la position du mot dans la phrase est moins, fixe car le mot en lui-même explique sa fonction et sa relation aux autres. Les mots peuvent donc être dits dans n’importe quel ordre, le sens ne sera pas affecté. Cependant, il existe quand même une certaine tendance dans l’ordre, un style, mais nous verrons ça dans le prochain billet. Ce trait s’oppose grandement aux langues analytiques, car dans ce cas, l’emplacement des mots est porteur de leur fonction également.

langue analytique
Photo: Henri L.

À l’autre bout du spectre, le système analytique (ou isolant) fonctionne avec moins d’affixes, mais l’importance de préciser la fonction des mots réside dans l’usage de prépositions, de conjonctions, de déterminants, de plein de petits mots qui font les liens et la position de ceux-ci dans l’énoncé. L’anglais est analytique, le mandarin, le vietnamien. Ce sont des langues qui analysent le rapport des mots entre eux et décortiquent exactement leur lien.

Et concrètement?

Des exemples, des exemples. Ce sera beaucoup plus clair si on compare les deux systèmes de base. Ensuite, on pourra jouer dans les nuances. Il faut savoir que s’il existe des langues synthétiques pures, l’inverse est très rare, sinon carrément inexistant. Allons-y en grand. Le français, comme la majorité des langues, nous offre les deux possibilités.

Anticonstitutionnellement;
de façon non inhérente à l’action de constituer (et encore, constituer est la forme verbale, donc constitu+infinitif)

En théorie, et en pratique, une langue purement synthétique pourrait avoir un seul mot et dire une phrase (langue agglutinante), alors qu’une phrase analytique ne serait formée que de morphèmes séparés. Jusqu’à quel point est-ce que la différence ne devient pas une similitude? Je vous laisse philosopher. Pour le besoin de la cause, le système synthétique s’oppose à l’analytique, mais la majeure partie des langues se trouve entre les deux à différents degrés. D’ailleurs, les langues bougent sur cet axe, comme on peut le constater avec le français qui devient justement de plus en plus analytique.

Un peu de mécanique

L’heure est à la décortication du système synthétique et ensuite analytique. À la suite de quoi, il sera possible de poursuivre la création de morphèmes pour donner préférence à l’un ou l’autre lors de votre création de langue. J’utilise ici l’ordre sujet+verbe+objet, mais gardez en tête que cet ordre est flexible et il sera approfondi dans le prochain article.

Dans le cas de langues synthétiques, les substantifs et adjectifs ont besoin d’une flexion qui leur est propre pour indiquer leur fonction dans la phrase. Les fonctions sont le sujet, le complément du nom, le complément d’objet direct, indirect, circonstanciel, etc. Les fonctions totales varient d’une langue à l’autre selon leur besoin particulier. On nomme ces fonctions des cas et spécifiquement selon leur rôle, soit le nominatif, le vocatif, l’accusatif, le génitif, etc.

En mandarin, qui est très analytique,
on remarque de plus en plus de morphèmes
qui sont systématiquement accolés
les uns aux autres. Cette tendance
semble prédire que cette langue isolante,
un jour, sera synthétique.
Elle se fabrique des déclinaisons.

Réservé aux abonnés

Entre ton mot de passe d'abonnés pour lire la suite:

4 thoughts on “Construire un univers I. Création de langue 104

Laisser un commentaire