204. Les idéogrammes

Après avoir vu l’alphabet et le syllabaire, voici le moment d’expliquer brièvement ce qu’est un idéogramme. Les plus connus sont les systèmes d’écriture de l’égyptien antique ou l’écrit cunéiforme, mais aussi le mandarin, le japonnais et, si on y va large, le code de la route.

Oui mais pas tant

En vrai, le terme plus précis est un logogramme. Il s’agit de la plus petite unité écrite qui représente un mot. S’il note une notion abstraite, il peut être désigné d’idéogramme — autrement dit, on doit connaitre le signe et l’apprendre par coeur. S’il affiche un élément concret de la réalité, c’est un pictogramme: un dessin représente exactement ce qu’il représente. Ça ressemble à un humain, c’est un humain. Ça ressemble à une table, c’est une table.

En exemple plus concret, les chiffres arabes (1,2,3) sont des logogrammes. Ils sont pratiquement universels et le symbole a par conséquent des milliers de façon d’être prononcé (un, one, una, ichi). Et pour rester moderne, le @ est un signe très répandu et la façon de le prononcer varie d’une langue à l’autre. Arobas, chez, at… De même que &.

écriture hiéroglyphe micmac
Hiéroglypes micmacs: Source wiki

Dans le cas des hiéroglyphes, ils ont probablement tous une origine pictographique, mais en gros, les signes sont devenus plus symboliques que figuratifs. Et aussi phonétique, autant phonème que syllabique. En égyptien antique, le symbole pour le soleil est réutilisé pour définir le son “ré”. Il est préférable de connaitre la langue orale afin de saisir l’écriture plus facilement. Ce qui pose une difficulté lorsque la langue est morte.

Les idéogrammes sont donc des signes qui représentent des mots. Un élément unique peut être suffisant, ou alors une courte série de symboles. Si on pense que le système d’écriture des langues chinoises est idéographique, ce l’est qu’en faible partie. La majorité des sinogrammes sont surtout idéophonogrammes, c’est-à-dire des idéogrammes qui représentent non seulement le sens d’un mot, mais aussi une indication phonétique. Ils ont aussi une construction élaborée, en ce sens où des figures de base sont utilisées et servent à la déduction de signes plus complexes. Il y a juxtaposition de symboles, d’où la nécessité parfois de simplifier constamment.

Alors oui ou non

L’avantage majeur d’un tel système d’écriture est sa compaction. Peu de caractères pour beaucoup de mots. L’inconvénient est donc beaucoup de symboles à apprendre pour tous les mots possibles. Les signes peuvent être au départ très simples, puis la complexité s’y mêlant, l’élaboration d’éléments devient exponentielle.

Avez-vous envie de créer un système logographique? Comment pensez-vous débuter ce projet, par quels symboles de base, quelles idées?

Photo à la une: Raphael Schaller

création univers écriture

Cahier d’exercises

Abonnez-vous et recevez un cahier pratique gratuit dans votre boite de réception!

Laisser un commentaire