Vous vous demandez peut-être pourquoi utiliser un terme de mathématique pour parler de création littéraire? Les mathématiques sont un code, un langage pour parler de l’univers et les arts n’y échappent pas. Après avoir lu sur les théories de la pratique d’écriture, j’en suis venue à cette révélation; l’écriture est fractale.

Structure gigogne

Une fractale est une structure gigogne en tout point, c’est-à-dire que sa forme est construite par des éléments ayant la même forme, mais à des échelles différentes. Dès lors que l’on détermine une structure quelque part, il est possible de lui appliquer des concepts mathématiques. En écriture, la structure par excellence est celle du récit: situation initiale, élément déclencheur, développement et chute.

sonorité < mot < phrase < paragraphe < scène < chapitre < partie < tome < saga < cycle

À partir de là, on peut zoomer sur un chapitre, une scène, un paragraphe, etc. Le chapitre se construit de la même manière. Il y a une introduction plus ou moins fondue à un élément qui perturbe la trajectoire normale du récit, puis un ou deux points de développement pour se terminer sur un dénouement… qui incite le lecteur à continuer. Car le but de toute histoire est de convaincre le lectorat de connaitre le déroulement au complet, que l’on soit dans une littérature plus légère ou plus littéraire. Il ne s’agit pas toujours de mettre en exergue l’intrigue; il peut s’agir d’un trait de caractère du personnage, d’une ambiance, d’un sentiment qui est ainsi décortiqué.

Donc, en partant de la phrase elle-même, pour avoir un intérêt — qu’il soit esthétique ou informatif — elle se structure avec un incipit, une rupture, une chute. De même pour le paragraphe dans lequel elle se trouve. C’est le principe de l’incipit du roman: la première phrase du premier paragraphe du premier chapitre du roman doit frapper fort. Et pour vouloir lire d’un paragraphe à l’autre, il faut une attaque qui attire l’attention et une chute qui crée le désir de connaitre la suite.

Article dans la même veine:
Mots d’enfant ou comment apprendre en imitant

On peut même travailler sur les plus petits éléments du texte pour une emphase particulière. Qu’en serait-il de cette phrase cruciale dans le récit si même les sons étaient pensés pour recréer cette structure qui capte tant l’attention du lecteur?

Jouer de mémoire

Si l’incipit est si prisé en littérature, c’est parce que le début d’un récit est majeur. La situation initiale doit être assez intéressante pour vouloir savoir comment elle sera modifiée par l’histoire. La fin du récit est tout aussi cruciale pour contraster avec le commencement et la dernière phrase doit puncher. Lorsque l’on résume vite fait une histoire à quelqu’un, on peut la réduire jusqu’à ses deux points charnières: l’introduction puis la fin. Il est possible d’escamoter le milieu, de dire brièvement comment on est passé de l’un à l’autre. Ce qui compte, c’est de marquer la différence entre A et B.

À ce titre, la mémoire du lecteur est un mécanisme que l’auteur ou l’autrice peut exploiter. On se rappelle mieux le début et la fin d’une histoire, que le milieu. De même, le commencement et la conclusion d’une scène nous marquent plus, pareil pour un paragraphe, une phrase. Ce principe fractal de l’écriture sert à s’assurer que le lecteur absorbe les informations les plus importantes. Ce qu’il doit retenir devrait se trouver, par exemple, au début du roman, au début ou à la fin d’un des premiers chapitres, à la fin d’un paragraphe, etc., dépendamment du niveau d’importance que l’on a besoin de mettre. Inversement, un détail que l’on veut faire passer plus inaperçu peut très bien se mettre au milieu d’un paragraphe, en milieu de chapitre, au milieu de l’histoire.

Intervention du chaos

Cet emboitage de l’histoire demeure un mécanisme dont la prise de conscience permet de serrer la vis là où l’on veut. Il n’est en rien fixe ni obligatoire. Ce genre de réflexion sur la structure ne devrait pas vous préoccuper du tout lors du premier jet, sauf peut-être à l’échelle de l’intrigue principale, mais sans plus. Le premier jet est le plus instinctif; c’est lors de la réécriture et de l’analyse de votre structure que la fractale peut vous servir. Ou non.

assietet cassée, chaos, structure fractale, narration conseil écriture
Photo: chuttersnap

Maitriser les mécanismes d’une histoire c’est aussi savoir quand jouer avec les codes, mais surtout savoir quels effets cela peut créer. Ça peut être très intéressant de casser cette fractale, mais avec parcimonie. Par exemple, retirer l’introduction d’un chapitre pour entrer directement dans la perturbation de la situation, ou encore retirer la chute d’une scène pour mieux l’étaler sur une autre scène qui en donnerait un relief encore plus impressionnant, etc.

Lexique de Narbrocque

Recevez un recueil lexical gratuit dans votre boite de réception avec l’abonnement! Vocabulaire de la mer, la montagne, la nordicité et de mon univers!

Laisser un commentaire