demoiselle détresse personnage féminin secondaire fort

La demoiselle en détresse: un comparatif entre Commando et Taken

Entre le film Commando (1985) et Taken (2008), n’avez-vous pas déjà remarqué une grande similitude dans le scénario? Un père doit sauver sa fille de méchantes griffes de vilains méchants et doit user de toute la puissance de son entrainement martial pour y arriver. La fille du héros devient la demoiselle en détresse classique. Par contre, d’un long métrage à l’autre, l’une d’elles seulement est un personnage à part entière.

Continue reading

Construire un univers I. Culture et langue 305

305. Trouver son temps

S’il existe une notion des plus variables dans les cultures humaines, c’est bien celle du temps. Habituellement exprimer par les verbes — mais pas que — la temporalité s’exprime sous différentes perceptions. Cette conception peut s’inscrire dans le vocabulaire d’un récit où simplement dans la manière de décrire les événements.

Continue reading

Construire un univers I. Culture et langue 304

304. Nous étions plus d’un: le pluriel

Ça peut paraitre facile, mais le pluriel, dans la culture, n’est pas seulement l’addition de un plus un. Dans la création de langue, prendre le temps de se demander comment se définit la pluralité peut être très révélateur de la construction mentale d’une communauté.

Continue reading

Chants de gorge et nordicité

Vous connaissez la musique nordique? Il y a des ressemblances qui m’ont frappée au fil de mes découvertes. Peu importe l’origine, quelque part, les chants de gorges existent. Ces chants ont chacun leur particularité, mais je ne pense pas qu’ils se retrouvent, traditionnellement, ailleurs que dans les pays du Nord. Je vous propose un voyage musical en nordicité.

Continue reading

Construire un univers I. Culture et langue 303

303. Comprendre le genre et l’âge

Peu importe la culture des êtres humains, il y a toujours quelque part une catégorisation. Celle-ci s’intègre dans un ensemble avec ses logiques, ses remises en question et ses acceptations. Le genre des individus est une construction et le découpage de l’âge aussi. Ces deux éléments vont donc naturellement se retrouver sous une forme linguistique ou une autre quelque part.

Continue reading
volontaire

Volontaire: prêt pour la bêta-lecture!

Vous aimez lire des romans en primeur et aimez donner vos impressions de lecture? La bêta-lecture est peut-être pour vous. Il s’agit de lire et commenter une œuvre littéraire pas tout à fait au point, mais complète. Pas besoin de faire une analyse pointue; une simple réponse à un questionnaire suffit sur votre compréhension du texte.

Continue reading

Construire un univers I. Culture et langue 302

302. Mes aïeux et la généalogie

Afin de pouvoir personnaliser une langue fictive, il faut explorer certaines structures culturelles. La plus confortable d’approche pourrait être la généalogie. Les générations, les lignées, les fratries, les liens biologiques et artificiels sont tout autant de méthodes qui permettent de montrer comment une perception du monde se déploie. Il est très simple en fiction — sans même avoir à faire une langue à part entière — de simplement incorporer des mots filiaux particuliers pour tout de suite colorer le texte.

Continue reading

Construire un univers I. Culture et langue en 5 points

Dernier volet sur la langue de la rubrique Construire un univers, les sujets se concentreront sur 5 points majeurs des cultures humaines. Ce ne sont que des pistes à explorer, que des trames à réflexions pour une langue fictive.

Continue reading
rendez vous des blogueurs

RDV: Halloween, Samain et Trépas

Pour le rendez-vous mensuel des blogueurs, le thème est à saveur de fêtes… assez glauques, quand on y pense. C’est la période de l’année où le monde des vivants est très près de celui des morts.

Continue reading
trèfle rouge

Ce qui ne cadre pas…

J’ai rejoint et déjoint des groupes Facebook sur la littérature, surtout des groupes portés sur les genres littéraires, ceux de la fiction et de l’imaginaire: les mondes imaginés, comme ce que j’écris. Cependant, mon monde ne cadre pas. Jamais. Je n’arrive qu’à le définir à la négative. Ce n’est pas de la Fantasy. Ce n’est ni historique ni fantastique, encore moins de la science fiction. (Quoique j’ai presque fantasmé l’idée que science dans la scifi pourrait couvrir aussi les sciences humaines, chose qui ne semble jamais effleurer les gens et je risquerais de décevoir mon lectorat.) Ni parallèle à notre monde, réaliste si on accepte une ère irréelle et des terres inexistantes. Ni rien mais tous ça un peu en même temps. Sans l’être.

Continue reading